Quelle a été la motivation des entreprises pour une introduction en Bourse ? Pourquoi avoir choisir Alternext ? Quel est le premier bilan des sociétés cotées ? Les Dirigeants répondent à toutes ces questions !

toutes les interviews

Les derniès interviews
Jean-Michel DUPIOT, Co-Président - Harvest

"Nous avons entendu parler des projets de création d'Alternext fin 2004, nous avons prêté une oreille plus attentive, car ce marché nous a d'emblée paru mieux né."


1/ Quelle a été votre motivation pour une introduction en bourse ?
Lors de la création d'Alternext, les dirigeants d'Euronext l'ont présenté comme un marché conçu pour les petites entreprises, leaders sur leurs niches de marché, souhaitant conforter leur notoriété et leur leadership. Nous nous sommes totalement reconnus dans cette définition.

Ainsi, notre motivation première pour entrer en Bourse a été la recherche d'une meilleure notoriété et le renforcement de notre crédibilité et de notre image institutionnelle auprès de nos clients et prospects, qui sont essentiellement des grands comptes dans la banque et l'assurance.

Nous attendions aussi que cette visibilité nouvelle et cette notoriété accrue facilitent nos recrutements en nous rendant plus attractifs auprès des candidats (notamment des ingénieurs informatiques) et procurent un surcroît de motivation à nos collaborateurs en poste.

Nous souhaitions enfin assurer une valorisation et une liquidité de notre titre pour les actionnaires financiers, les fondateurs et les collaborateurs détenant une participation dans l'entreprise.
2/ Pourquoi Alternext ?
Nous avions regardé en son temps le Nouveau Marché, vers 1999. Mais notre société ne correspondait pas aux "canons" de l'époque et les modèles économiques qui se présentaient sur ce marché nous inspiraient quelques doutes - à juste titre si l'on considère ce qui s'est passé par la suite.

Après l'éclatement de la bulle Internet, lorsque s'est amorcée la reprise des marchés financiers en 2004, plusieurs établissements introducteurs ont essayé de nous convertir au Marché Libre. Nous avons alors été assez réticents, en raison du manque de transparence qui semblait prévaloir sur ce marché, qui n'avait par ailleurs pas une très bonne réputation auprès des investisseurs.

Dès que nous avons entendu parler des projets de création d'Alternext fin 2004, nous avons prêté une oreille plus attentive, car ce marché nous a d'emblée paru "mieux né". Un marché régulé, ni totalement libre, ni complètement règlementé avec toutes les lourdeurs et les surcoûts que cela entraîne... Des obligations de transparence et de communication suffisantes pour sécuriser les investisseurs, mais moins complexes et mieux adaptées aux PME... Des discours plus rigoureux pour la sélection des sociétés candidates (obligation de 2 bilans publiés - voire 3 en cas d'appel public à l'épargne, un niveau minimum de chiffre d'affaires, un objectif d'une cote multisectorielle sans surreprésentation de business models "à rêves" comme l'Internet ou la bio-tech)... Autant d'éléments qui nous ont convaincus très tôt, dès avril 2005 (avant la date officielle de création d'Alternext le 17 mai 2005), de tenter l'expérience.